CONTE A FAIRE PEUR de Michael Feron
Le livre. Cet objet commun, tellement simple et vit lu. Qui pourrait croire qu’il aura fallu une énergie considérable de la part de son auteur pour que les mots parviennent jusqu’à nous. Qui pourrait croire que certains ouvrages ont gardé la mémoire de cette énergie, et qu’un jour, cette mémoire pourrait donner vie aux livres ? Qu’ils  deviendraient conscients. Qu’en prêtant une oreille attentive, nous pourrions les entendre, tels des fantômes oubliés ?
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s